TRA – Etape 3 : Boucle Fiambala – 17 avril 2015

Trophée Roses des Andes

Étape 3 – 17 avril 2015

Boucle Fiambala

  • Les infos à retenir

    • 138 km dont 95 de spéciale
    • Temps estimé : entre 4 et 7 heures
    • Départ à partir de 9 heures
    • Découverte de la vallée mythique de la « Puna » (l’altiplano argentin).

 

  • Le profil

Certainement l’étape clé de cette semaine d’aventure pour tous nos équipages. Les volcans ont créé ici un sable bien différent de ce que nous avons l’habitude de voir. Ce « medano » sera le théâtre de grands moments. Dunes, passages au cœur de « rio » asséchés, slalom entre dunettes et bosquets parfois très denses, celles qui seront au volant auront fort à faire ! Dans cette vallée mythique de la « Puna » (l’altiplano argentin), les navigatrices auront également un rôle prépondérant car les secteurs hors-piste peuvent créer des écarts vraiment importants s’ils sont mal négociés. La soirée se déroulera au même bivouac que la veille. Reposez-vous bien chères Roses, demain, l’aventure prend de l’altitude.

 

  • Étape 3 – Début de journée

Chaque jour, avant le départ, nous avons différentes actions à réaliser :

– Ranger le campement

– Briefing

– Lire les informations du tableau d’affichage et son classement afin de connaître son ordre de départ

– Vérifier son véhicule (état et gonflage des pneus….)

 

  • Étape 3 – Photo officielle

L’organisation a souhaité faire une photo de groupe pour le ministère de la Culture de la région de Catamarca.

  • Étape 3 – Spéciale

Pour cette troisième étape :

– Sophie à la navigation

– Marie à la conduite

 

Nous voilà en place sur la ligne de départ en respectant l’ordre défini par le classement général.

Cette journée se déroule sans étape de liaison.

La Spéciale démarre par la traversée d’un petit village qui nous indique notre direction.

Nous empruntons une piste qui nous donne un aperçu de notre terrain de jeu favoris. Dunes en approche !! Yeah !!

Pour y parvenir, nous traversons un terrain sableux parsemé de végétation au milieu de laquelle nous devons zigzaguer.

Juste avant les dunes, un petit passage avec des grosses pierres et un petit dénevelé. Sophie, navigatrice préfère sortir de la voiture, afin de vérifier que nous passons sans toucher le dessous du véhicule.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous arrivons au pied des dunes où des membres de l’organisation nous attendent, et gèrent les départs espacés entre les véhicules.

C’est le moment pour la navigatrice de repérer le trajet entre les balises et pour la conductrice de dégonfler ses pneus pour rouler dans les dunes. Pour cela, système « D » : une brindille trouvée par terre fera l’affaire pour appuyer sur la valve et dégonfler les pneus. Le décompte du temps est très important afin de ne pas trop dégonfler les pneus et d’avoir un dégonflage uniforme entre les 4 pneus. Une petite vérification avec le manomètre, et nous voilà prêtes.

Voyant que nous attendions ce moment avec impatience, l’organisation décide de nous faire passer dans les premières. Yeah !

Cela signifie que les équipages derrière nous pourront observer notre tracé et faire de plus grandes coupes pour économiser plus de kilomètres. Mais nous préférons partir en premier afin de rouler dans un sable presque vierge et faire nos propres tracés dans le sable. Quelle belle sensation de faire nos traces dans la « poudreuse dorée ».

Le parcours entre balises et dunes en détail vue de l’habitacle du véhicule :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous nous sommes régalées, mais trop court à notre goût !

Petite dédicace à notre partenaire Alsace Levage Manutention : nous n’avons pas eu besoin d’utiliser nos plaques de désemsablage, nous avions avec nous une grue !!!

 

Pour d’autres équipages, ce fut le début des péripéties : dérapage, tankage, perte de pneu mal fixé dans la benne arrière…

En sortie de dunes, l’équipage a deux possibilités :

– prendre une piste qui nous amène au rio asséché

ou

– prendre l’option hors piste avec navigation au cap

Inutile de vous dire que nous avons opté pour le HORS PISTE ! Yeah !!!

Pour cela, Sophie, à la navigation doit bien prendre son cap, et nous devons décider des coupes à réaliser.

DCIM100GOPRO

Un équipage nous rejoint pour demander des conseils sur la navigation. Ce fut le début de la rencontre d’un équipage très sympathique.

Nous traversons un terrain sableux parsemé de végétation plus ou moins dense. Nous sommes en vrai hors piste et faisons nos traces dans ce sable vierge.

Plusieurs équipages un peu frileux dans ce type de terrain, observent notre manière de rouler en hors piste et suivent nos traces.

Nous avons fait un superbe coupe qui nous a fait économiser des kilomètres, mais nous devons faire le point et s’assurer de l’endroit où nous sommes. Notre road-book nous dirige vers un grand rio asséché qu’il nous ait difficile d’apercevoir car il se trouve en contre-bas. Après des moments de réflexions, et d’observation du terrain en montant dans la benne arrière afin d’avoir un point de vue plus haut, et après avoir quelques centaines de mètres à pied, nous apercevons enfin celui-ci. Mais nous sommes face à une falaise de sable.

Nous devons donc chercher une passe pour rentrer dans le rio.

Une fois dans le Rio, nous coupons un maximum pour économiser les kilomètres, tout en gardant en tête que notre véhicule est très bas et ne passe donc pas partout.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Même pour sortir du rio, nous privilégions le hors piste.

Quel bonheur !!!

De retour sur un terrain plus dur et caillouteux, c’est le moment de regonfler les pneus.

Puis direction vers un CP Virtuel.

DSCN0421Pour trouver le CP Virtuel, il faut être attentive, et être sûre de sa navigation, car rien sur le terrain ne matérialise ce CP Virtuel (pas de balise, pas de membre de l’organisation…).

Après le sable, la traversée d’un petit rio en eau.

C’est déjà la fin de la Spéciale ! Quel régal !!

 

  • Étape 3 – Liaison Bivouac

Le début de liaison nous permet de voir un peu de coutume locale.

La journée a passée tellement vite, que nous n’avons pas eu le temps de manger. Nous décidons de profiter encore du sable et des belles dunes, car nous savons que nous n’en verrons plus dans la suite du rallye.

Sur le trajet du retour nous apercevons une superbe crèche grandeur nature !

Notre heure d’arrivée à Fiambala, nous permet de visiter cette ville. Nous découvrons avec joie que le Dakar est passé par là. Et au milieu des photos, une nouvelle dédicace à Odile et Jean-Guy notre partenaire Champagne RENET, et un clin d’œil à nos footeux, Clément, Thibaut, Gazou….

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • Étape 3 – Bivouac

Arrivées au bivouac à Fiambala, nus faisons l’entretien du véhicule (nettoyage du filtre à air, vérification de la pression des pneus…).

L’organisation nous déconseille de planter la tente à cause du vent qui souffle très fort dans cette région, et nous conseille d’attendre la tombée de la nuit et du vent. Mais nous sommes de vraies gazelles et avons vécu 3 tempêtes de sable dans le désert marocain. Nous ne sommes donc pas impressionnées par le vent de Fiambala.

Sophie a confectionné un magnifique fanion à l’effigie de notre aventure et portant notre numéro de notre équipage pour repérer notre tente au milieu du groupe.

 

  • Étape 3 – Classement

    • Classement Étape : 29ème
    • Classement Général : 11ème

 

  • Étape 3 – Revue de presse

Ce diaporama nécessite JavaScript.

JT des Roses :

Retrouver le JT n°5 des Roses :

 

À propos

Association

Publié dans Newsletter

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :